mercredi 1 juillet 2020Charmant Som (Chartreuse)
dimanche 5 juillet 2020Lacs de la tempête (Beaufortin)
mercredi 8 juillet 2020Chaos De Bellefond (Chartreuse)
vendredi 10 juillet 2020Engins (Vercors)
Dimanche 12 juillet 2020Sejour Bramans Val Mont Cenis (Maurienne)
mercredi 15 juillet 2020Pinet (Chartreuse)
dimanche 19 juillet 2020Grand Veymont (Vercors)
mercredi 22 juillet 2020Chamechaude (Chartreuse)
vendredi 24 juillet 2020Gorges du Nan (Vercors)
mercredi 29 juillet 2020Dent De Crolles (Chartreuse)

mercredi 1 juillet 2020
Charmant Som (Chartreuse)

Le 1er juillet les randos du mercredi commencent et Jean François nous guide. Direction le Charmant Som. Il fait beau mais les orages sont prévus dans l’après midi. Nous sommes 13 avec le fils de Christine, Yvan au départ de l’Oratoire pour la descente au Col de la Charmette, mais après ça monte… tout d’abord une rencontre avec les vaches à la fontaine de l’Oursière et ça monte toujours jusqu’au Pré Bâtard, un chamois croise notre route. La pose déjeuner est bien venue au soleil. Puis c’est la grimpette vers le sommet par la cheminée, un peu d’escalade et on est à la croix. Un rafraîchissement à l’Auberge du Charmant Som pour terminer une très belle journée.
Catherine

dimanche 5 juillet 2020
Lacs De La Tempete (Beaufortin)

Depuis la Bathie, 350 m environ, avec les véhicules nous empruntons, pour rejoindre le point de départ de la randonnée du jour, Bénétant, 1200 m, une route bien sinueuse et pas très large, présentant par endroit des passages aériens et pentus, comme un préavis aux difficultés du jour.

En effet, le programme du jour, dans le massif du Beaufortin, qui s’offre aux 11 randonneurs : + de 1000 m D+ et 15 km de distance avec comme objectif principal les lacs des Tempêtes. Un bon niveau 3 avec, au début, quelques passages techniques le long d’un sentier en balcon.

Depuis un parking à l’entrée de Bénétant nous suivons la route qui traverse le village sur 500 m environ puis la délaissons pour nous engager à travers des prés non encore fauchés. La haute végétation dissimulant le sentier, nous prenons comme point de mire la cascade du Dard, fruit du torrent de Bénétant. Après quelques méandres qui nous valurent quelques hectomètres supplémentaires, nous trouvons le sentier de pays, marque rouge, pour nous diriger vers la grosse difficulté du jour : le passage de la cascade du Dard. Ce passage est très bien entretenu et bien aménagé de câbles et de marches en fers ronds scellés dans la roche. Chacun le parcourant à son rythme, ne refusant pas, au besoin, l’aide d’un collègue aux passages les plus techniques.  Après une montée bien raide et technique nous débouchons du bois avec sur notre droite les ruines des chalets du Dard, 1700 m. Occasion pour tous de faire une pause et reprendre son souffle.

Ensuite, nous suivons le sentier qui longe le torrent de Bénétant jusqu’au-dessous du Chalet de Chizeraz, 1944 m. De là s’offre à nous une vue panoramique depuis notre gauche, de la gauche vers la droite, sur la Pointe du Dard, 2489 m, le passage du Dard, 2342 m et le Grand Mont, 2633 m. Plus sur notre droite, le chaînon de Comborsier, 2487 m son point culminant,  toujours sur notre droite, en portant notre regard vers l’arrière, la Pointe de Comborsier, 2534 m, la Grande Pointe de Bizard, 2507 m et, totalement derrière nous, le massif des Bauges magnifique sur un ciel dégagé à l’exception du Pic de Lachat chapeauté d’un épais voile nuageux. Un beau panoramique comme une récompense après le passage ardu de la cascade du Dard.

Pour arriver aux premiers lacs, le lac Vert, 2015 m et le lac des Besaces, 2115 m, une jolie bosse se présente à nous. Nous débouchons sur ces lacs où quelques pêcheurs patients guettent la truite imprudente, et où, çà et là, des grenouilles s’enfuient à notre passage par bonds successifs. Nous continuons, pour arriver aux Lacs des tempêtes, trois précisément, à 2050 m environ, avec encore une petite difficulté à passer, pour enfin rejoindre leurs berges et faire la pause repas.

Tout au long de notre cheminement depuis le départ jusqu’aux lacs, enfin pour ceux qui observent, nous avons pu admirer de jolies fleurs telles les Lys Martagon, les Gentianes Etoilées d’un bleu foncé intense. Quelques pierres de schiste, d’autres nervurées de quartz blanc et des quartz blancs tout simplement.

Pour certains, l’objectif du jour est atteint. Autour des lacs c’est la foule des grands jours entre pêcheurs et groupes de randonneurs, juillet offrant ses hordes de touristes peut être plus nombreux qu’à l’accoutumée en cette période de COVID 19. Quatre d’entre nous poussent jusqu’au col de la Louze pour aller profiter d’une vue plongeante sur le lac de St Guerin  et plus loin, dans la vallée, sur le lac de Roselend.

Pause repas et de récupération terminée, nous empruntons le chemin du retour en retournant sur nos pas jusque les chalets du Dard. Afin d’éviter le chemin de la cascade à la descente, humide et glissant, nous empruntons sur notre gauche un chemin en direction du Priolet, pour rejoindre et traverser le Bois de Tourche Vernay. Jolie variante, même si un peu longue, avec, au début, une première ascension bien accentuée à travers bois, puis, bien, peut-être trop bien, ensoleillée. En fait, la dernière réelle difficulté du jour. A noter que la descente finale à travers bois est des plus agréables.

Enfin, après une belle randonnée de près de 18 km, conséquence des détours du matin et d’autres orientations malencontreuses, et près de 1100 m de D+, nous rejoignons les voitures bien rassasiés de marche afin de rejoindre nos domiciles respectifs.

Remerciement à Christian B pour nous avoir proposé le programme de cette belle randonnée d’été au travers du Beaufortin.

Pascal V

mercredi 8 juillet 2020
Chaos De Bellefond (Chartreuse)

Départ 8h15 gare routière de St Laurent en direction de St Pierre de Chartreuse.

Nous étions 17 au départ de la randonnée à Perquelin.

La montée dans la fraîcheur s’effectue sans problème. Le guide Jean-François, est devant mais Pascal et Denis restent derrière et veillent aux plus lents. Un premier arrêt au captage de « Fontaine froide » puis nous quittons le sentier de la source du Guiers Mort pour monter vers la cheminée du Prayet.  Jean-François montre la grotte Perret. Un arrêt goûter s’impose après la cheminée.

Après un parcours facile, nous mettons les bâtons dans le sac, et nous attaquons les » chaos », le nom n’est pas trop fort.  Quelle chance d’avoir de l’aide pour franchir les passages difficiles ! Une joie pour beaucoup de les avoir franchis. Arrivés sur le GR, Catherine et Jacques rejoignent la cabane de Bellefont. Les autres continuent pour monter jusqu’au Pas de Rocheplane. Belle vue sur le plateau des Petites Roches et la vallée du Grésivaudan. Les estomacs un peu vides apprécient la pause pique- nique.

Pas de sieste, il faut repartir et longer la crête. Un arrêt pour admirer les arches. Certains s’en approchent, d’autres prennent des photos. La traversée continue avant de redescendre vers la cabane de Belfont. Photo de groupe.

La redescente par le col de la Saulce et arrivée à Parquelin vers 16h30.

Tous ravis de cette journée, elle se termine par un petit verre « au Victoria » en se donnant rendez-vous à la prochaine.

Christiane M.

CHAOS DE BELLEFOND 08-07-20CHAOS DE BELLEFOND 08-07-20CHAOS DE BELLEFOND 08-07-20CHAOS DE BELLEFOND 08-07-20CHAOS DE BELLEFOND 08-07-20CHAOS DE BELLEFOND 08-07-20CHAOS DE BELLEFOND 08-07-20CHAOS DE BELLEFOND 08-07-20CHAOS DE BELLEFOND 08-07-20

vendredi 10 juillet 2020
Engins (Vercors)

Nous sommes partis de la Croix Perrin ce matin.

La température était encore très agréable mais nous avons eu vite chaud pour monter vers le Pas de Bellecombe.

Puis nous sommes descendus vers le gîte de la Molière et sa prairie où les troupeaux de vaches étaient importants.

Nous avons fait le retour par les crêtes et son plateau fleuri.

M.C. a compté 18 fleurs et boutons sur un des lys Martagon.

Au point de vue de Chorande, la Chartreuse, Belledonne et la chaîne du Vercors s’offraient à nous.

Arrivés au pas de l’ours, nous avons découvert dans la pierre les empruntes de l’ours.

Le petit groupe était sympa, enchanté de cette jolie ballade de 19 km bien ombragée sur le retour par la combe de Lauze.

 Hélène C

ENGINS 10-07-20ENGINS 10-07-20ENGINS 10-07-20

mercredi 15 juillet 2020
Pinet (Chartreuse)

Une randonnée classique était proposée ce mercredi par Jean François, le Pinet, mais à Chartreuse Montagne, on essaie de trouver des sentiers perdus pour pimenter notre journée…

Départ de La Plagne pour les 16 marcheurs, en direction du col de l’Alpette avec un chemin refait en 2019 pour les troupeaux d’alpage et une montée sévère pour Chantal G, Chantal C et Jean Jacques P reprenant tout juste la randonnée après un confinement interminable. Arrivés au col, nous empruntons un sentier perdu sur les rochers du Biolet pour déboucher sous le sommet du Pinet. Un groupe se dirige au sommet, à la Croix du Pinet pendant que quelques aventureux se dirigent vers le sangle du Pinet par un sentier de chamois, et arrivent à la jonction du sangle du Fouda Blanc pour remonter sur le plateau du Pinet. Retour vers le restant du groupe à l’abri du vent sous la croix pour un pique nique toujours apprécié. Le froid nous décide à ne pas prolonger cet instant de pose, nous redescendons vers le col de l’Alpette en suivant un peu le GR9, puis rejoignons le parking de départ.

Une boisson à la Flambée de Saint Pierre d’Entremont terminera cette agréable journée faite de belles surprises !

Denis V

15/07/20 LE PINET15/07/20 LE PINET15/07/20 LE PINET15/07/20 LE PINET15/07/20 LE PINET15/07/20 LE PINET15/07/20 LE PINET15/07/20 LE PINET15/07/20 LE PINET15/07/20 LE PINET

dimanche 19 juillet 2020
Grand Veymont (Vercors)

Le rendez-vous était donné de bonne heure pour cette randonnée dans le Vercors.

Le départ se situait à la station de Gresse en Vercors pour atteindre le Pas de la Ville 700 m plus haut en 2 heures d’une montée régulière, sous la conduite de Christiane C..

Laissant Christiane au Pas de la Ville, et selon ses dires il suffisait d’une ascension d’une centaine de mètres supplémentaires pour atteindre le Grand Veymont.
Sylviane, Patrick, Nicole D.V. et Philippe M. se sont élancés sans trop d’hésitation vers le sommet pour agrémenter cette randonnée.

Arrivés sur le plateau Chante Lauze, nous avons eu la surprise de voir une petite horde de bouquetins.

Continuant notre cheminement, nous avons atteint le sommet qui est en fait plus haut de 400 m du Pas de la Ville.

Parmi la foule assise au sommet, nous avons retrouvé le groupe 1 qui faisait un autre circuit.

Après avoir admiré le panorama, dont le Mont Aiguille tout proche, quelques photos ont été prises.

Laissant le groupe 1 s’installer pour déjeuner, nous sommes redescendus, non sans difficultés du fait du nombre important de randonneurs croisés sur le sentier, pour rejoindre Christiane et engloutir notre déjeuner.

Puis nous sommes redescendus par le même sentier qu’à l’aller jusqu’à un croisement où nous avons bifurqué sur la droite pour prendre un sentier vers le fond de la vallée en passant par Pré Jacquet et Côte de Quinquambaye ; ce qui nous a amené vers la Baraque Forestière du Veymont, avant de rejoindre le parking du départ.
Quelques cueillettes de Thé des Alpes ont été réalisées le long de ce sentier.

Ce fut une magnifique randonnée sous le soleil, et augmentée en dénivelé et en kilomètres par la montée au sommet du Grand Veymont.
Un grand merci à Christiane C. pour nous avoir conduit durant cette randonnée.

Philippe Merlier

mercredi 22 juillet 2020
Chamechaude (Chartreuse)

Onze marcheuses et marcheurs se retrouvent au col du Coq, 1326m, départ de la randonnée du jour : sommet de Chamechaude par sa cheminée en boucle depuis la cabane de Bachasson. La crainte du jour, les orages annoncés par la météo. Ne traînons pas !

Depuis le parking, près de la piste forestière, nous rejoignons le chemin de la forêt sectionnale, 1370m, direction la cabane de Bachasson, première étape du jour. Chacun à son rythme nous parvenons tous à la cabane. Depuis celle-ci, nous empruntons un sentier sur la gauche qui monte régulièrement et assez franchement jusqu’au rocher de la Folatière, 1743m, massif tel un champignon mono lytique. Petite pause, puis nous continuons en suivant le chemin qui part sur notre gauche, pour nous diriger vers la cheminée de Chamechaude. Quelques repérages sont nécessaires car ce sentier pas très fréquenté n’est pas toujours bien marqué. Après un parcours au travers d’un pierrier et quelques pas d’escalades où les bâtons sont les bienvenus, nous parvenons au bas de la cheminée. Sa montée ne s’avère pas des plus facile, pierres qui roulent sous les pas, appréhension du vide pour certains, petits pas d’escalades sollicitant les muscles jambiers. Enfin, le groupe se retrouve à la sortie de la cheminée. Chacun-e est ravi-e, petite pause pour reprendre son souffle et direction les derniers 150 m de dénivelés pour enfin atteindre la croix sommitale.

Du point culminant de la Chartreuse, 2082m, un joli panorama s’offre à nous : dos à la croix, le Néron, la Pinéa, la Grande Sure, le Charmant Som. Plus sur la droite les Grand et Petit Som, et plus en arrière les lances de Mallissard et la Dent de Crolles.

Après une photo du groupe autour de la croix, nous entamons notre descente de retour en suivant le chemin de crête qui part sur la droite avec, en son début, un passage câblé permettant de rejoindre le plateau. Le passage câblé, sans être périlleux, nécessite l’aide et le soutien des plus hardi.e.s auprès des moins enhardi.e.s. Enfin, pause repas auprès de la brèche Arnaud d’où nous pouvons voir la cabane de Chamechaude. Seulement pour ceux qui osent ou peuvent affronter le vide…

La pause repas terminée, nous continuons notre descente direction la rampe des Ecureuils, encore un pas à desescalader, pour retrouver le chemin qui mène à la cabane de Bachasson. Ainsi, nous bouclons l’itinéraire : cabane de Bachasson – la Folatière – Cheminée de Chamechaude – sommet – rampe de l’écureuil – cabane de Bachasson. De là nous retournons au parking comme à la montée en retrouvant le chemin de la forêt sectionnale.

Pour clore cette belle journée, sans orages, ouf, nous nous arrêtons à St Hugues ou les deux Chantal, voisines domiciliaires, nous invitent, très chaleureusement et sympathiquement, à déguster quelques rafraîchissements bien venus.

Merci à Jean-François pour nous avoir proposer cette belle sortie en dehors des sentiers habituels ; Une belle découverte de l’avis de tous.

Pascal V

vendredi 24 juillet 2020
Gorges du Nan (Vercors)

Encore une belle journée dans le Vercors ! En petit groupe cette fois-ci, partis de Cognin Les Gorges, nous avons remonté le Nan par un sentier bien ombragé pour arriver sur la route qui va à Malleval.
Nous marchons encore un peu, et nous faisons une pause chez un habitant qui nous accueille gentiment dans ses fauteuils de jardin : petites infos locales et nous repartons.
Des plaques commémoratives et un monument aux morts nous rappellent les horreurs de la seconde guerre mondiale et le courage des Résistants.
Puis l’église de Malleval et son auberge, puis petit détour pour voir une cascade : falaise imposante mais petits filets d’eau !
Nous traversons un bois « aux sorcières » moussu ++, nous découvrons la vallée (en direction de Valence) et nous redescendons peu à peu vers Cognin Les Gorges, charmant village de vieilles pierres rénovées.
La chaleur est bien là, et le verre de l’amitié fait du bien.
Nicole DV

mercredi 29 juillet 2020
Dent De Crolles (Chartreuse)

Un classique estival que cette randonnée jusqu’au sommet de la dent de Crolles. Départ traditionnel depuis le col du coq, 1435 m, mais avec sa variante par l’arche de l’aiguille. Sentier plus escarpé et aérien que par la montée via le GR9. Météo estivale avec une légère brume matinale qui se dissipera très vite.
Au départ 11 randonneuses et randonneurs, dont une marcheuse, Gaëlle, invitée par Jean-François et que nous accueillons tous avec grand plaisir.
Depuis le col du Coq, nous rejoignons le lieu-dit à la Fontaine, 1495 m, puis nous continuons notre chemin sur notre gauche en délaissant sur notre droite le Tournoud. Etape suivante, le col des Ayes, 1538 m. De là, nous suivons le sentier direction la dent de Crolles par le Pas de l’Œil. Arrivés, à la cote 1640 m, nous empruntons le sentier direction la dent de Crolles par le trou du Glas et délaissons le Pas de l’Œil que nous emprunterons au retour.
Depuis le Trou du Glas, en suivant le GR9 que nous quittons un peu plus haut pour emprunter sur notre gauche le sangle de la Barrere et en suivant la vire de la face Est. Chemin escarpé qui demande une attention particulière et qui nous mène à l’arche de l’aiguille. De jolies vues sur la Chartreuse s’offre face à nous : La Chamechaude, le bec Charvet, Pravouta, le roc d’Arguille et plus sur notre droite le Grand Som, les Lances de Mallissard et Bellefond. Ces beaux panoramiques font oublier à certains la difficulté des passages et pas d’escalades pour arriver à l’Arche de l’Aiguille.
Arrivés sur le plateau nous allons jusqu’au promontoire ou de là nous pouvons encore admirer les massifs environnants.
Près de onze heure, nous décidons de rejoindre sous la dent, la source pour y prendre notre pause repas. Nous trouverons la source mais bien plus tard. Après la pause, nous retrouvons le sentier qui mène à la source. Ce sentier rappelle de bons souvenirs aux plus anciens adhérents tant il est marqué de magnifiques flèches à Marcel, queue noire, tête rouge, couleurs traditionnels d’un adhérent de CHAM, baliseur de notoriété locale.
Après une dernière montée, nous rejoignons la croix de la dent de Crolles, 2062 m. Le temps des photos, de remplir un recueil laissé là à l’usage des randonneurs pour marquer leur passage, nous entamons notre descente de retour via le pas de l’Œil. Encore quelques passages délicats où il est plus prudent d’avoir le pied sûr et pas trop la crainte du vide…
Nous retrouvons plus bas le GR9 pris à la montée pour retourner au col du Coq, par le même itinéraire qu’à la montée par le col des Ayes. Une chute au passage de Nicole et Jean-Jacques voulant la retenir, sans plus de gravité, ouf !
Pour terminer cette belle journée ensoleillée, rendez-vous à St Hugues pour une halte rafraîchissante et nous remémorer la rando du jour.
Notre accompagnatrice du jour fut toute aussi ravie que l’ensemble du groupe.
Pascal V